dimanche 13 janvier 2013

Aliou Cissé aurait fait l'affaire

Coup de gueule!



J’aurai aimé voir Cissé sur le banc

Quand arrêterons nous de mythifier les coachs étrangers pensant toujours que le champ du voisin est plus vert ? L’on a tellement rabâché aux oreilles des populations que les entraîneurs européens sont des messies du football africain que finalement l’on a fini par croire à ces histoires. Aliou Cissé a été zappé, préféré à Giresse. Je ne suis pas d’accord.
Il m’a fallu relire mes cours de management des ressources humaines, les théories de Henry Mintzberg, pour mieux défendre ma position, celle relative à Aliou Cissé, un ancien joueur de l’équipe nationale qu’on n’aurait pas choisi juste par qu’il n’a pas une expérience en la matière. C’est comme si la fédé venait de lui dire «vas te faire un CV et reviens nous un peu vieux avec des ambitions limitées». «Le Cv de Giresse n’est pas comparable au sien» «il doit d’abord faire ses preuves quelques part avant de prendre l’équipe nationale» ou «c’est trop tôt pour lui», sont autant d’arguments des souteneurs de Giresse. Des arguments qui ne me convainquent pas. Parce que dans ma compréhension en tant que simple sénégalais lambda, pas spécialiste en sport et sans aucune prétention, diriger une équipe s’apprend en situation et en fonction de nos attentes. Quand l’équipe n’est composée que de bonnes, pour ne pas dire d’excellentes individualités, la tâche n’en est que davantage réduite à une simple question de management d’une organisation. Cissé, aurait alors, juste à gérer des professionnalités et s’appuyer sur l’expérience de chacun. Pas la mer à boire ! Bien sur ce n’est pas non plus donné à n’importe qui. Justement d’ailleurs car Cissé n’est pas n’importe qui. A 37 ans, il a été professionnel durant 15 ans où il est passé dans sept clubs. Quoi qu’on puisse  penser de lui, être coach du Sénégal c’est d’abord être manager de sportifs de haut niveau en tenant compte à la fois du contexte économique, culturel et surtout en fonction des aléas et incertitudes planant à l’horizon (2014 et 2015 ?). Cissé est sans conteste plus motivé que Giresse. Parce qu’il voudrait relever un défi, celui d’atteindre des objectifs présomptueux ou prétentieux des férus de foot, fournir des efforts surhumains pour réaliser un projet ou plutôt le rêve de toute la nation!
Parce qu’Aliou Cissé serait un artisan des relations humaines au sein de son groupe, construirait des liens professionnels harmonieux. Je veux dire une équipe ! Je suis sûre qu’il saurait faire en sorte que chacun donne le meilleur qui dort en lui. Parce qu’Aliou Cissé en tant que coach, serait influent sur ses hommes, ça il l’a déjà fait avec les Olympiques. C’est lui que l’on voyait insuffler aux gosses un vent galvanisant. Cela passe par la parole, la communication et c’est là où interviendrait le patriotisme et l’engagement de Cissé son discours forge le mental. La communication est un souci qui ne se poserait pas car non seulement il parlerait aux joueurs le langage qu’ils comprennent mais au delà de cela, son patriotisme l’aiderait à motiver davantage ses troupes à chaque sortie de l’équipe du Sénégal.  

Aucun commentaire: