lundi 19 juillet 2010

Les usagers d’électricité du Cameroun, à travers le Réseau associatif des consommateurs de l’énergie (RACE), expriment ‘’leur solidarité et leur soutien aux consommateurs sénégalais’’ dans la lutte qu’ils mènent pour ‘’le droit d’accès à l’électricité’’. Dans un communiqué parvenu lundi à l’APS, le RACE indique que ’’es consommateurs d’électricité de tous les pays doivent rester mobilisés pour faire valoir leurs droits légitimes. Nous sommes en réalité tous Sénégalais’’. ‘’Depuis quelques jours, l’actualité sociale au Sénégal est marquée par une recrudescence des mouvements de revendications des populations pour le droit d’accès à l’électricité’’, rappelle la même source. Selon le RACE, dirigé par Paul Gérémie Bikidik, ’’cette grogne populaire témoigne à la fois d’un malaise évident, mais aussi d’un indéniable dynamisme du mouvement consommateur sénégalais’’. Le RACE apporte son soutien aux Sénégalais, en soulignant qu’à ’’quelques différences près, la sempiternelle question de l’accès des populations à l’énergie électrique se pose en de termes semblables dans les deux pays’’. Le communiqué rappelle que ‘’au Cameroun, dans des conditions similaires en septembre et novembre 2007, de violentes manifestations de protestation contre des rationnements intempestifs de l’électricité dans deux villes, s’étaient soldées par la mort de trois jeunes manifestants, tombés sous les balles de la police, de nombreux blessés graves ainsi que des dégâts matériels importants’’. En outre, ‘’des données comparatives sur les deux pays montrent des similitudes déconcertantes. Comme au Cameroun, à peine un Sénégalais sur trois aurait accès à l’électricité’’, renseigne le texte. Le RACE précise que ‘’le taux d’accès à l’électricité au pays de la téranga serait de 33% environ pour un taux de couverture de 57% en milieu urbain et 10% en zone rurale. Les chiffres concernant le Cameroun ne sont pas très différents’’. ‘’Au contraire du Sénégal où le service, bien que médiocre, continue à être assuré par un opérateur public (la SENELEC), au Cameroun, la reforme du secteur en 2001 a conduit à la privatisation de la Société nationale d’électricité (la SONEL) au bénéfice d’un unique opérateur privé américain (AES Corporation, qui se trouve de fait en situation de monopole’’, déplore le RACE. Le bureau exécutif du RACE estime qu’aucun ’’développement économique durable n’est possible sans une énergie électrique disponible en quantité et en qualité’’. Il ajoute : ‘’La solution à la crise énergétique chronique en Afrique passe par une nouvelle gouvernance du secteur, mais aussi et surtout par une mise en commun des moyens et une harmonisation sous-régionale des politiques publiques nationales en matière d’énergie’’. Source APS

Aucun commentaire: