dimanche 13 septembre 2009

AFFAIRE DU MEUTRE DE SAMESIDINE DINO NÉMA AÏDARA

"Le meurtrier de Samesidine Dino Néma Aïdara serait dans l’entourage de Me Wade"
La famille chérifienne Aïdara de Dar Salam en Casamance a organisé samedi dernier une cérémonie de don de sucre et de riz aux populations des Parcelles Assainies (U 18), dans ce contexte marqué par les inondations  rendant plusieurs familles sinistrées. Cependant, en marge de la cérémonie, les membres de la famille se sont prononcés sur la situation de leur cousin et frère Samesidine Kébanding Aïdara, le présumé meurtrier de Samesidine Dino Néma. La famille chérifienne exige la libération de Samesidine Kébanding qui séjourne en prison à Ziguinchor, depuis bientôt deux ans.

En partenariat avec l’ONG islamique basée en Angleterre, «Ummah Welfare Trust» (UWT) finançant à hauteur de plusieurs dizaines de millions de francs Cfa l’association caritative ANASRU qui intervient dans la sous-région notamment en Mauritanie, Gambie, Guinée Bissau et en Casamance, dans le cadre d’un programme nommé «Iftare», la famille Aïdara de Dar Salam, d’après une initiative de Chérif Elbou Aïdara, a procédé à la distribution de trois tonnes riz et une tonne et demie de sucre aux populations des Parcelles Assainies U18. La cérémonie a débuté par un récital du saint Coran et par des prières formulées par Cheikh Sidy Ali Aïdara, Chérif Cheikh Makhfou Aïdara, des membres très influents de la famille. En présence de nombre de dignitaires de la famille Aïdara, de l’Imam  et plusieurs notables du quartier et d’une partie de la presse sénégalaise, les populations ont donc reçu du riz et du sucre.
Cependant, en marge de la cérémonie de don de vivres de soudure, la famille Aïdara a tenu un point de presse pour communiquer sur l’affaire sur la détention de Samesidine Kébanding accusé du meurtre de son cousin, Chérif Samesidine Dino Néma, assassiné le 20 décembre 2007.  En fait, la famille Aïdara demeure convaincue de l’innocence de Samesidine Kébanding qui est prison depuis bientôt deux ans. «En tant que frère du défunt, depuis cet assassinat, les autres membres de la famille et moi, nous avons fait confiance en la justice sénégalaise, la laissant suivre son cours. Mais, le juge en charge du dossier n’est toujours pas en mesure d’interroger certaines personnalités de l’Etat impliquées dans le meurtre de Dino Néma. À un moment donné même, le juge avait promis et programmé la libération de Samesidine Kébanding Aïdara, mais en vain et depuis lors personne ne veut plus parler ce cette affaire. Pourtant en Casamance, tout le monde sait que Samesidine Kébanding n’a pas tué Dino Néma. Même les enfants de mon défunt frères savent que ceux qui ont tué leur père se trouvent au palais. Sa fille ainée a d’ailleurs une fois fait des déclarations dans ce sens», déclare Abbah Aïdara. D’ailleurs son frère Elbou Aïdara lui emboite le pas et précise que : «lors de son arrestation, Samesidine Kébanding s’activait pourtant dans des œuvres caritatives. Il a été arbitrairement arrêté. Nul en Casamance n’ignore que Dino Néma et Kébanding étaient des amis inséparables. Il n’est donc pas imaginable que c dernier soit l’assassin de son cousin». Toujours ce même ordre d’idées, un autre frère de la famille, Cheikh Talibouya Aïdara, oncle du défunt, va plus loin et déclare tout de haut que : «nous ne demandons pas de faveur au gouvernement parce que convaincus de l’innocence de Samesidine Kébanding. Car d’après l’avocat de la défense Me Ibrahima Sarr, il n’y a même pas de preuves indirectes pour inculper son client. Ce qu’il se passe c’est que ce sont des hommes tapis dans l’ombre et se trouvant au palais qui ont commandité le meurtre de Samesidine Dino Néma. D’après des enquêtes menées par son fils ainé, la piste des coupables mènes vers des personnalités au sommet de l’Etat. Il est clair que le dossier de la Casamance est plus que juteux et Dino Néma dérangeait beaucoup de personnalités qui n’ont pas intérêt à ce qu’il ait la paix dans le sud. L’accalmie en Casamance est en grande partie due à l’emprisonnement de Samesidine Kébanding. Il jouait un rôle important dans le processus de paix car connaissant la forêt et ayant d’excellentes relations avec les rebelles. Certains n’ont pas intérêt à le voir en liberté, car il faciliterait la paix en Casamance alors que pour ceux là, ce serait une grosse manne financière qui les échapperait alors. Et, Samesidine Kébanding en sait beaucoup sur le dossier de la Casamance. Il en le plus informé au Sénégal  sur ce sujet. Le problème serait réglé s l’Etat collaborait avec lui». Et Chérif Abbah Aïdara de conclure en ces termes, «c’est cet argent injecté en Casamance qui a envenimé la situation».  
La rencontre africaine des droits de l’homme (Raddho) a été saisi sur cette affaire. Joint au téléphone, Alioune Tine le secrétaire exécutif s’est exprimé sur la détention de Samesidine Kébanding pour dire qu’il s’agit d’une violation des droits de l’homme et d’une détention arbitraire. «La Raddho a écrit au président de la République il y a trois mois et nous sommes en train de saisir  sr le plan international la commission africaine des droits de l’homme. Que la justice se prononce clairement sur cette affaire car Samesidine Kébanding a été gravement accusé. Nous demandons aussi à la famille Aïdara de nous faire une délégation de pouvoir qui nous permette d’intervenir en leur nom» a t-il martelé.
Rokhaya THIAM

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Salut,
Vous avez quoi cette histoire de meurtre est trop compliquée. C'est sur que ce sont des gens du pouvoir qui ont commandité l'assassinat.